SCORE NT

Les experts en sureté et sécurité

L’expulsion des criminels étrangers de Suisse

03-03-2016

Les suisses se sont prononcés,  58 % a dit non!

Le 28 février , les suisses ont été  appelés à voter sur l’expulsion automatique des criminels étrangers qui avait été proposée par l’UDC - Union Démocratique du Centre – et que les suisses avaient déjà approuvé en partie par un référendum en 2010. Le Conseil fédéral avait indiqué pour sa part à Berne que la "majorité des votants ont clairement exprimé que la criminalité des étrangers est pour eux un problème sérieux et qu’ il exécutera le mandat qui lui a été confié".

Le PBD, Parti Bourgeois Démocratique , n’avait rien trouvé de mieux pour convaincre les électeurs à voter contre cette loi que de mettre une croix gammée sur fond rouge sur les affiches électorales. Une décision de très mauvais goût, selon ma modeste opinion et qui a choqué pas mal de personnes. Se promener en Suisse et voir un peu partout des croix gammées était  assez scandaleux.

Les gares qui sont considérées des espaces publics en Suisse, les affiches en question y avaient été apposées et beaucoup de protestations s'étaient élevées. Belle publicité touristique!

Imaginez les touristes qui arrivent en vacances et débarquent au milieu d’énormes croix gammées ! Les CFF avaient donc décidé de retirer ces affiches des gares et avaient communiqué que “ l’exposition d’une croix gammée en un lieu aussi visible va au- delà de ce qui est raisonnablement admissible et n’admettront donc plus cette affiche. Ce faisant, ils ne s’engagent en aucune manière dans la campagne de votation, et ne prennent pas position. Ils proposent à l’annonceur privé de publier son affiche sans le symbôle en question”.

Les vainqueurs du référendum , 58 % exactement ont d’abord jubilé mais en réalité ce vote qui a rejeté l'initiative en elle même,  a indirectement autorisé la nouvelle révision du code pénal qui avait été concoctée par le Parlement et donc la première initiative victorieuse  de l'UDC de 2010 sur le renvoi des criminels étrangers sera bien appliquée sauf si les juges en décideront autrement mais cas par cas.

Dans le détail, cette loi prévoit l’expulsion obligatoire du territoire de 5 à 15 ans en cas de crimes graves comme les viols et les meurtres mais aussi des  moins graves comme les escroqueries et les vols avec effraction avec une seule différence, la clause de rigueur.  Les  juges pourront renoncer à l’expulsion quand celle-ci pourrait mettre en danger le criminel étranger et si les intêréts publics à l’expulsion ne l’emportent pas sur l’intêrét privé du criminel étranger à demeurer en Suisse

Mais revenons un peu sur la question des criminels étrangers: je voudrais seulement citer un cas, celui de  Hassan Kiko, un détenu syrien de 27 ans qui s’est évadé de la prison de Limmattal, avec la complicité d'Angela Magdici, une gardienne de prison suisse de 32 ans.

Qui est Hassan Kiko? Il fuit soi-disant la Syrie de Bachar el Assad, alors qu’à l’époque la situation en Syrie était stable, les évènements tragiques ont initié en mars 2011, entre clandestinement en Suisse en passant par les frontières turques  et demande l’asile qui lui est accepté en 2010. Il est hébergé jusqu’en 2011 dans une communauté évangélique et bien sûr reçoit toutes les aides sociales.

Juste quelques mois après son arrivée, il rencontre une jeune fille de 19 ans dans un bar et lui propose de l’emmener chez lui pour lui couper les cheveux gratuitement, mais à peine entrés dans l’appartement, il lui saute dessus, la déshabille par force et abuse d'elle.

En juin 2014, il est condamné à 42 mois de prison mais il fait appel et n’est pas incarcéré, toujours par bonté de la justice. La sentence est confirmée à mi-janvier par la cour d’appel, mais entre-temps le salaud aura eu le temps de violer une autre jeune fille, cette fois-ci , une adolescente de 15 ans. Cette fois, et heureusement quand même ( il en aura fallu pour le considérer dangereux!)  il entre en prison.

Mais l’histoire ne finit pas là; une fois en place, il entreprend de séduire une garde pénitentiare, Angela Magdici, 32 ans et mariée depuis peu de temps. Il réussit à la manipuler, la convaincre de la bonté de l’islam, en effet elle commencera à étudier le Coran et s’appitoyer sur le sort des syriens et s’éloignera de plus en plus de son mari jusqu’à la fuite en pleine nuit , il y a une quinzaine de jours, à bord de la voiture d’Angela, avec probablement toutes ses économies. Le couple est aperçu près de l’Italie, et bien sûr n'est pas arrêté car il faut du temps pour communiquer un avis de recherche, et est  certainement en direction de la Syrie via la Turquie.

A ce qu’il semble, la majorité des suisses a retenu  que des criminels ont bien leur place ici. Sont-ils en mesure d’expliquer aux deux jeunes filles violées  pourquoi des criminels de ce genre peuvent selon eux ne pas être expulsés?

Nicole Touati