SCORE NT

Les experts en sureté et sécurité

Daech, Etat Islamique, ISIS, EIIL, ISIL...

15-07-2015

Tout le monde en parle mais peu connaissent l’origine et l’organisation du groupe

Un vrai casse tête  chinois pour indiquer la même  organisation terroriste.Pourquoi tant de noms pour le meme groupe?
Daesh n'est autre que l'acronyme arabe de Dowlat al-Islamiyah f'al-iraq wa Belaad al-sham = l'État islamique en Irak et au Levant.  
Certains journalistes par contre utilisent l’acronyme français EIIL pour indiquer l’Etat Islamique en Irak et au Levant; dans les pays anglosaxons, on parle d’ISIS – Islamic State in Iraq and in Levant.
Le nom du groupe est très récent vu que ce n'est qu'à partir de fin juin  2014, que l'on commence à en parler. En effet, c'est à ce moment que le chef suprème , un irakien,  Abou Bakr al-Baghdadi, proclame le début d’un nouveau califat, se fait appeler le Calife Ibrahim et   appelle les musulmans du monde entier à rejoindre son État qu’il installe dans la province d'Alep, au nord de la Syrie et celle de Diyala, à l'est de l'Irak, après avoir mis en déroute l’armée irakienne et bien sur profitant du caos de la guerre civile en Syrie.
Leur stratégie s’avère très rusée, car le groupe installe une administration avec des institutions, des tribunaux religieux, un Conseil de la Vie, des services sociaux… sur les anciennes administrations locales! Les fonctionnaires qui acceptent de servir le nouveau Calife restent à leurs places .
Mais comment ce groupe qui ressemble plus à une armée parallèle s’est formé à la barbe de tous car il est clair que presque tous les services d’intelligence ont été pris au dépourvu?
Commençons par le début: après l’invasion américaine en Irak qui visait à faire tomber Saddam Hussein et qui est selon moi la plus grande bétise que pouvaient commettre les Etats Unis, une cellule d’Al Qaeda est créée en Irak , dirigée par un jordanien sounnite Ahmed Fadil Nazzal al-Khalayla plus connu sous son pseudonyme Abou Moussab al-Zarqaoui. Ex-petit criminel, d’une barbarie extrème, ses parents l’expédient dans une école coranique où il rencontrera Abdullah Azzam, un professeur palestinien qui a été aussi le mentor de Osama Ben Laden. Il essaie de fonder différends groupes et à la fin son dernier groupe, Tawhid wal Jihad, est reconnu par Ben Laden comme étant le “ relais d’Al Qaeda en Mésopotamie”. L’alliance va vite se révéler problématique car Al Zarkaoui est surtout obsédé par chites et dépense beaucoup de ses énergies à faire sauter des mosquées chites en Irak, ce qui n’est pas du gout de Ben Laden qui retient qu’il est plus important de s’occuper des américains et des occidentaux.
En 2003, lors de l’invasion américaine, Al Baghdadi fait le précheur radical dans la mosquée Imam Ahmad ibn Hanbal de Samara et décide de rejoindre  Al Qaeda en Irak où il rencontre Al Zarkaoui. Il est nommé émir de Rawah et préside les tribunaux coraniques terrorisant les populations locales.
Le 4 février  2004, il est arreté par les américains et passe dix mois en prison en Irak mais il est libéré  le 8 décembre, car les américains sont convaincus qu’il a été arrété par erreur, leur cible étant Nessayif Numan Nessayif, connaissance de Baghdadi! Incroyable mais vrai.
En octobre 2005, il se trouve dans un repaire de jihadistes près de la frontière syrienne qui est ciblé par une attaque aérienne américaine. A ce moment, Il est déjà connu comme étant un haut responsabile du groupe de Al Zarkaoui sous le d’Abou Duia, chargé du transfert de combattants syriens et saoudiens en Irak.  
Le 7 juin 2006, Al Zarkaoui est tué par les américains , Ayman al Zawahiri confirme la disparition de Al Qaeda an Irak en 2007 et ses combattants sont intégrés au sein d'un groupe appelé l’Etat Islamique en Irak.
Le 16 mai 2010, le conseil de l’Etat Islamique en Irak annonce la nomination d'Abou Bakr al-Baghdadi en remplacement d'Abou Omar al-Baghdadi, son ex-émir, tué le 18 avril 2010 lors  d'une opération des américains et des irakiens.
Dès l'automne 2010, l'État islamique d'Irak effectue de nombreuses attaques  contre les chrétiens, les chites, les institutions gouvernementales et policières et le 9 mai 2011, Abou Bakr al-Baghdadi annonce son alliance avec Ayman al Zawahiri, le successeur de Ben Laden et déclenche une centaine d’attentats pour venger la mort de Ben Laden.
Le conflit syrien commencé en 2011 se révèle une excellente opportunité pour l’Etat Islamique en Irak; en avril 2013, Al Baghdadi annonce le changement du nom du groupe en Etat Islamique en Irak et au Levant mais Al Zawahiri est très contrarié et refuse de valider le nouveau nom du groupe.
Al Baghdadi va donc s’éloigner de la direction centrale de Al Qaeda et ouvre sa branche syrienne et passe à l'attaque; très vite Falloujah et plusieurs quartiers de Ramadi tombent dans ses mains. Le groupe se livre aussi à des exactions, des rapts, des enlèvements et tuent des chefs rebelles non jihadistes. En outre, le fanatisme religieux, la brutalité et le barbarisme distinguent particulièrement ses membres, surtout ceux des mercenaires étrangers qui ont rejoint le groupe.
En mai 2014, Al Zawahiri lui ordonne  de cesser toute agression envers les jihadistes du Front al-Nosra, qui est un groupe allié de Al Qaeda,  lui rappelant que son groupe est originaire d’Irak  et qu’il doit donc concentrer ses opérations uniquement là-bas.
C’est ainsi que Al Baghdadi apparait en public, après des années de clandestinité à Mossoul en début juillet 2014 pour annoncer la création du Califat.
Ce que nous pouvons constater, un an après, c'est qu'il y a eu en peu de temps une grande évolution vers un phénomène de mondialisation; si au départ, l’Etat Islamique avait jeté son dévolu sur l’Irak et la Syrie et avait aussi le Liban en vue, il est bien clair à présent , qu’il est en train de regarder bien plus loin.
Bien qu’apparamment , le groupe n’envoie pas de terroristes à l’étranger, du moins pour le moment, il est en train de lier des alliances dangeureuses pour l’Occident et surtout cherche à radicaliser énormément à l’étranger et en effet, les attaques à l’étranger au nom du califat se multiplient . En 2014, seuls six pays ont été visés: l’Irak avec 1097 attaques, la Syrie 134, la Turquie 4, l’Egypte 3, le Liban 23 et Israel 1; par contre, pendant les six premiers mois 2015, la liste des pays s’est étendue à l’Arabie Saoudite, l’Afghanistan, la Tunisie, le Koweit,  la Libye, le Yemen, la France et enfin l’Italie par l’attentat de samedi au consulat italien.
Tous se poseront la question fatidique: comment se fait-il que pendant toutes ces années, personne ne s'est rendu compte de ce qu'il se passait. Je laisse chacun à cette réflexion...